Castlevania : Symphony Of The Night

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Castlevania : Symphony Of The Night

Message par lbg le Dim 17 Juin - 20:41

Dracula, c'est un peu le capitaliste du pauvre, le mauvais élève qui, à défaut d'avoir trouvé la plus-value de Mr Marx, doit composer artisanalement pour se repaitre de la vitalité des hommes. À chaque nouveau Castlevania, notre capitaliste bohème prend de l"ampleur, au point même que notre glouton finit obèse et ankylosé. Reclus dans l'obscurité de son immense château tel l'auteur du nouveau produit dérivé, il se consacre avec la mort, à quelques machinations à destination du peuple. Konami n'a pas attendu ses concurrents pour s'emparer de l'œuvre de Bram Stoker sous le nom de Castlevania.
La célèbre licence de Konami a subi son lot de variations conceptuelles, passant du jeu d'action linéaire au simulacre de RPG ou d'un gameplay rigide à un autre plus souple. C'est la raison pour laquelle une certaine inégalité qualitative affecte la série selon les épisodes, comme le deuxième opus Nes, Simon's Quest, déniant l'efficacité et le gameplay parfait du Castlevania MSX pour un jeu d'aventure diffluant, soporifique et maladroit. Ou encore Castlevania 4, proposant un gameplay autrement plus permissif et approximatif qu'à l'accoutumé, au détriment de la rigueur déléctable car exigeante, de l'excellent Rondo Of Blood ou bien du non moins réussi Vampire Kiss. Ironiquement d'ailleurs, ce dernier avait été attaqué pour ses qualités, mais notre confort de famille aisé occidentale, nous a amené à mépriser tout ce qui demandait de l'investissement et de la rigueur pour privilégier l'accessibilité et la liberté de mouvement des jeux de plate-forme nintendo. Les magazines de l'époque ont pris pour une régression ce qui était en fait une volonté de renouer avec la rudesse et la précision du premier opus où aucune concession n'était admise.

C'est en 97, que Konami sort sur Playstation Symphony Of The Night, dans l'intention de rénover et faire perdurer cette licence de renom.


Difficile de résister avec une telle jaquette


Cette fois, plutôt que les Belmont, famille de chasseurs préposés au défonçage du vampire ; c'est le petit Alucard, fils du comte qui, sorti d'on ne sait trop où, a décidé sur un coup de tête de mettre sa race à son père.
Le jeu commence en plein combat final de Rondo Of Blood. Démocratisant l'univers du jeu aux non-initiés. De quoi dégouter les quelques geeks frustrés et autosatisfaits d'avoir fini ce jeu à l'époque.
Mais le geek en manque de clichés n'est pas au bout de ses surprises, peu après ce spoil éhonté, Alucard apparaît lestement à nous, au cœur d'une forêt qu'il semble parcourir comme s'il faisait son footing du dimanche, cheveux blancs et longs au vent, d'un genre efféminé, il dénote grandement avec ces anciens collègues plus traditionnels.

La structure de ce Castlevania ne se compose plus en chapitres, mais comme un immense espace où il faudra débloquer portes et barrières du château grâce à des clés ou éléments magiques. Alucard possède aussi un équipement où, armures, armes, chaussures et autres devront être trouvés pour parer aux attaques des opposants.
Les nombreuses reliques que l'on amassera serviront à gagner de nouveaux pouvoirs et spécificités à notre personnage, on débloquera ainsi diverses transformations, dont la plupart ne sont pas indispensables ni très intéressantes malheureusement. On aurait par exemple préféré davantage de mouvements et de challenges complexifiant le gameplay de base.
Concernant les à-côtés indispensable, on notera la cape customisable ou les diverses techniques que l'on pourra acheter chez le vieux bibliothécaire, techniques nécessitant un certain doigté pour les exécuter, à l'instar de certain jeux de combat estampillé Capcom. Certaines puiseront directement dans votre jauge de vie, car elles utilisent le côté sombre d'Alucard, celle de la ligné des vampires.
Des familiers feront également partie de l'aventure, ils serviront entre autre à ouvrir des passages secrets, à combattre avec vous, ou encore à vous soigner.
Alucard progressera également par expérience en 'farmant' comme de nombreux RPG. On est ici plus proche du jeu d'aventure que du genre plate-forme/action des anciens jeux. Heureusement l'exploration n'est pas trop encombrante car le jeu est assez linéaire par rapport aux RPG en règle générale.
Pour cet opus, fini les 'continues' qui constituaient, comme les anciens jeux, le cœur de nos angoisses. Il faudra sauver sa progression par des points de sauvegarde un peu trop nombreux. Ce qui enlève toutes tensions lors de nos antagoniques pérégrinations.

Fini d'ailleurs les murs qui s'effritent, les pics hostiles et les pièges. Le jeu se base surtout sur les combats et la liberté de mouvement de Alucard, vif et superbement animé, c'est le gros point fort de ce nouveau Castlevania. Même si on se trouve ici plus proche du super-héros que des guerriers vulnérables qu'étaient les Belmonts. On ne peut nier que ce gameplay plus libre est réussi et se révèle même assez technique. Alucard a de bons mouvements d'esquive, il peut attaquer de dos avec un 'Just Frame' précis, débloquer plus loin dans l'aventure le double saut, etc. C'est ce qui pallie en partie le fait que l'arme dont se sert généralement Alucard, l'épée, a une courte porté.
Le gameplay est vif et nerveux. On ne peut qu'établir un lien entre les similitudes de Alucard et celle du célèbre homme-démon de Capcom de par le physique et la classe qu'ils génèrent. Inutile de préciser que ceux qui avaient aimé le côté plus austère et humain des prédécesseurs de SOTN seront sceptiques devant ces choix qui rendent le jeu plus démesuré qu'à l'accoutumé mais aussi plus facile.
Les boss, eux, sont malheureusement réduits au bourrinage, même si certains sont assez impressionnant de par leur taille, la technique est reléguée au second plan. Au lieu d'utiliser à pleine escient la précision et la vivacité des mouvements techniques de notre personnage, on se retrouve avec des phases de jeu approximatives et peu captivantes. Et que dire de la médiocrité du boss de fin qui est tout simplement le pire des Castlevania. Même si les anciens opus ne proposaient pas toujours des boss intéressants, ils étaient malgré tout bien supérieurs à ce SOTN, spécialement pour les derniers boss du jeu. Concernant le bestiaire général, c'est ce qu'on pourrait appeler un grand recyclage, une grande partie des ennemis sont issus des anciens opus, à la manière d'un grand medley mythologique des Castlevania.


Ne vous leurrez pas, les lignes de dialogue sont rachitiques et c'est l'unique séquence se voulant dramatique

L'aventure principale, assez facile, se termine trop vite, mais il existe une deuxième partie succédant directement à la première, plus dure mais plus anecdotique vu qu'elle réutilise l'intégralité des niveaux du jeu de base... mais à l'envers! Excepté pour quelques créatures nouvelles et de nouveaux boss (toujours aussi bourrins) la suite de l'aventure ne vaut surtout que pour son gameplay et son challenge plus corsé. En fait, elle se révèle indispensable pour réellement jouir des mouvements d'Alucard.
Pour ce qui est du scénario, il est dommage que Konami ne se soit pas servi de cet aspect RPG-aventure pour travailler cet élément délaissé, on a bien quelques bribes du passé de Alucard à un moment de l'aventure mais c'est tellement prompt qu'on se fout royalement de son histoire. Cherchez pas de l'empathie à refourguer dans ce jeu car ce qui y est susceptible n'existe pas.
Les musiques du jeu sont pour la plupart soignées, on varie entre le classique et le rock, et l'impression d'avoir un véritable orchestre jouant pour nous est frappant. Malheureusement, aucun thème n'est à la hauteur des anciens opus, comme 'Simon's theme' ou 'Bloody Tears'. Il est d'autant plus regrettable que 'Vampire Kiss' ne fasse même pas une brève apparition, on ne peut s'empêcher d'imaginer la gueule qu'aurait le jeu avec la classe d'Alucard et les thèmes chers à la série, une grosse déception.
À noter que ceux désireux de retrouver le gameplay des anciens jeux, pourront profiter du chasseur de vampires propre à la série et de Maria, mais il faudra finir le jeu avant.



Symphony Of The Night ne surpasse pas ses prédécesseurs, il se contente juste d'aller à contre-courant et de prendre le risque de dénaturer la série dans un jeu d'aventure aux allures de RPG.
Konami n'a pas tenu compte de ce qui faisait vraiment l'intérêt des Castlevania, à savoir la rigueur et le challenge d'un jeu ou les 'continues' avaient leurs mots à dire. Où vérifier si un UP pouvait se dissimuler derrière un mur était vitale.
En choisissant une tournure plus proche des ficelles du jeu d'aventure, les nombreux aficionados des anciens épisodes seront déçus de cette nouvelle approche pour la licence. Même si la somptuosité de certains environnements et le gameplay soigné ont séduits nombre de joueurs, le challenge est nettement moins présent et l'aspect plus moderne du jeu fait perdre l'atmosphère de Brahm Stoker davantage perceptible dans les anciens opus. Par contre les adorateurs de gameplay souples et ultra-maniable seront aux anges.


Dernière édition par lbg le Lun 18 Juin - 13:11, édité 1 fois
avatar
lbg
Casual gamer

Messages : 24
Date d'inscription : 07/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castlevania : Symphony Of The Night

Message par Liim le Lun 18 Juin - 11:03

J'espère que cette fois ce ne sera pas trop compliqué pour ce forum sérieux.
avatar
Liim
Casual gamer

Messages : 71
Date d'inscription : 04/05/2012
Localisation : Ponyland

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castlevania : Symphony Of The Night

Message par Methos le Lun 18 Juin - 11:56

Tu as une bonne verve, une solide connaissance de la série, une dose de dérision appréciable et une propension aux tournures de phrases élégantes qui procure une touche personnelle conséquente.

Voilà pour les qualités, tu me fais un peu penser à Tchiko de Gamerama.

Sinon aère ton test par pitié, et je n'ai rien contre les pavés (au contraire), mais tu pourrais par exemple mettre l'article en justifié, ça donne un côté plus propre et plus lisible.
Enfin, Vampire's Kiss est un très bon jeu !
avatar
Methos
Administrateur

Messages : 498
Date d'inscription : 28/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castlevania : Symphony Of The Night

Message par lbg le Lun 18 Juin - 12:57

Methos a écrit:Sinon aère ton test par pitié, et je n'ai rien contre les pavés (au contraire), mais tu pourrais par exemple mettre l'article en justifié
*C'est fait !
Sinon je connais pas beaucoup de testeurs, à part chocapic ou Logan... 2

merci à toi Methos !
avatar
lbg
Casual gamer

Messages : 24
Date d'inscription : 07/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castlevania : Symphony Of The Night

Message par Methos le Lun 18 Juin - 13:18

Tiens, voilà quelques papelards de tchiko pour rattraper ton manque de culture :

http://www.gamerama.fr/test.php?numero=88

http://www.gamerama.fr/test.php?numero=111
avatar
Methos
Administrateur

Messages : 498
Date d'inscription : 28/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castlevania : Symphony Of The Night

Message par Iga Biva le Lun 18 Juin - 13:21

c'est sur que l'aération est ton principal problème, pour corriger ça essaye de penser à changer de paragraphe en sautant une ligne à chaque fois que tu as la sensation de changer d'aspect du jeu que tu énonce dans ton test.
avatar
Iga Biva
Apprenti

Messages : 338
Date d'inscription : 01/06/2012
Age : 23
Localisation : Sur la planète Japon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castlevania : Symphony Of The Night

Message par Godfather le Lun 18 Juin - 15:51

Les mêmes qualités que le test précédent, mais en plus personnel et moins complexe.

Godfather approve. Check.
avatar
Godfather
Rédacteur

Messages : 611
Date d'inscription : 12/04/2012
Age : 20
Localisation : Nord. Mais pas consanguin.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Castlevania : Symphony Of The Night

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum